BumiSehat2

 

LOCALISATION 

Ubud à Bali.

La culture d’un riz génétiquement modifié aux valeurs nutritionnelles insuffisantes entraine la malnutrition dont les femmes enceintes et les enfants sont les premières victimes (hémorragies pospartum et taux élevé de la mortalité infantile).

À cela, nous devons ajouter une économie fragilisée par la crise mondiale et une série de catastrophes naturelles (infrastructures ravagées). De plus, les prix des aliments de base et des services ayant beaucoup augmenté, de nombreuses familles ne peuvent payer leurs soins de santé.

L’Indonésie a l’un des taux de mortalité le plus élevé d’Asie du sud-ouest.

Aujourd'hui, le dispensaire permet à environ 600 femmes sans ressource d’accoucher gratuitement (avec des méthodes naturelles appropriées culturellement).

À ce projet s'ajoutent des services de santé générale (1 000 personnes chaque mois) et d’éducation des femmes aux soins des enfants, des actions pédagogiques sur la santé et l’environnement.

CONTEXTE

Association BUMI SEHAT : « une planète en bonne santé »

Bumi Sehat est une ONG crée en 2005 en Indonésie par une sage-femme américano-philippine Robin Lim, qui a reçu en 2011 le trophée « Heroe of the Year » par CNN. Sa mission est de réduire la morbidité et la mortalité maternelle et infantile.

Bumi Sehat applique 3 grands principes : le respect de la nature, le respect des cultures et une mise en œuvre raisonnable de la médecine scientifique. Elle s'efforce de travailler main dans la main avec la population, d'offrir un soin médical dans la dignité et le respect des patients, et de prioriser les protocoles médicaux naturels et sains, appropriés aux spécificités culturelles des patients.

OBJECTIFS

  • Répondre aux conséquences de l’épidémie de VIH en Indonésie.
  • Créer une cellule de diagnostic du virus. En effet, le gouvernement a mis en place un plan de traitement gratuit. De plus, les sage-femmes au contact des parturientes sont exposées à leur insu.
  • Installer une cellule de dépistage gratuit pour les femmes enceintes. Aujourd'hui, les coûts sont prohibitifs et le délai de l’envoi dans un laboratoire spécialisé de Jakarta est trop important.
  • Acquérir du matériel technique. De plus, devant la forte croissance de l’activité du laboratoire (la moyenne est passée de 28 à 212 dépistages par mois) un équipement supplémentaire s’avère nécessaire ainsi qu'un salaire d'une laborantine.
  • Financer une formation technique et acquérir des supports de formation pour le personnel additionnel.

PARTENAIRE

Sokasi Banten

 BumiSehat7 BumiSehat6  
 BumiSehat5

 

Plus d'infos @ http://www.bumisehatfoundation.org/

La Fondation Cassiopée est reconnue d’utilité publique par décret du 24 février 2011.